12 août 2013

Yves Saint-Laurent

Yves Saint-Laurent, de son vrai nom Yves Henry Donat Mathieu-Saint-Laurent est un grand couturier français. Il est né le 1er août 1936 à Oran, en Algérie française, et mort le 1er juin 2008 à Paris. Ses collections de Haute Couture font partie de l'histoire du XXème siècle.

Enfance :
Yves Saint-Laurent révèle très trop une passion pour le dessin, les costumes et les décors de théâtre.
C'est sa mère, Lucienne Wilbaux, fille d'ingénieur, qui lui donnera le goût de la mode et de l’esthétisme. Son père, Charles Mathieu-Saint-Laurent était président d'une compagnie d'assurance et et propriétaire d'une chaîne de salles de cinéma. Il était le descendant de Laurent Mathieu (dit Saint-Laurent), baron de Mauvières. Yves Saint-Laurent avait deux sœurs : Michèle et Brigitte.

vanessamcqueen:


PARIS—Yves Saint Laurent on the day before the opening of his first collection for Dior, 1957.


(via tranquillement)
Yves Saint-Laurent en 1957
Les années Dior :
Il passe son enfance en Algérie, avant d'aller à Paris.
En 1954, il reçoit le premier et le troisième prix au Concours du Secrétariat international de la laine.
Il est inscrit à l'école de la Chambre syndicale de la Haute Coutre à Paris, où il ne reste que peu de temps. Il rencontre ensuite Christian Dior, par l'intermédiaire de Michel de Brunhoff, directeur de Vogue France. Le grand couturier engage immédiatement le jeune homme en tant qu'assistant.
YSL et un modèle de la collection Trapèze
Rapidement, Yves Saint-Laurent va s'occuper de presque la moitié des modèles Dior. Quand ce dernier meurt en 1957, il prend la direction artistique de la maison.
En 1958, il présente sa première collection "Trapèze" qui connaît un immense succès, tout comme les 5 collections qui vont suivre.
Mais il est appelé à faire son service militaire et est interné au Val de Grâce pour dépression. En 1960, il est lincencié de chez Dior, et remplacé par Marc Bohan.

La création de la maison Yves Saint-Laurent : 
Yves Saint-Laurent, décide avec Pierre Bergé, son compagnon de toujours qu'il a rencontré en 1958, de créer sa propre maison de coutre grâce au soutien financier de l'américain milliardaire J. Mack Robinson.
Sa première collection est présenté le 29 janvier 1958, dans un hôtel particulier au 30 bis rue Spontini à Paris (la maison s'installera en 1874 au 5 de l'avenue Marceau). Les marinières, cabans, tailleurs, cuissardes de cette première collection sont applaudie par le public. Un journaliste de Life Magazine déclare même que ce sont les meilleurs tailleurs depuis Chanel.

Saint-Laurent Rive Gauche
Saint-Laurent Rive Gauche :
Son but étant de pouvoir habiller toutes les femmes, Yves Saint-Laurent décide d'ouvrir, en 1966, une boutique de prêt-à-porter qu'il nomme Saint-Laurent Rive Gauche. Catherine Deneuve en est la marraine. Une première : aucune marque de marque de prêt-à-porter ne portait le nom d'un grand couturier jusqu’ici. Il dit accorder autant, voire plus d'attention au prêt-à-porter qu'à la Haute Couture. Le succès est immédiat, des boutiques ouvrent partout dans le monde.
Plus tard , d'autres lignes comme Saint-Laurent Variation, plus accessible encore, ou des lignes pour hommes verront le jour.

Fin de carrière et de vie :
En 1988,  Yves Saint-Laurent nomme Alber Elbaz directeur artistique du prêt-à-porter féminin et Hedi Slimane directeur artistique du prêt-à-porter masculin, préférant se consacrer seulement à la Haute Couture.
Le 7 janvier 2002, il annonce lors d'une conférence de presse, la fin de sa carrière.
Le 22 janvier de la même année, il présente un grand défilé rétrospectif, retraçant 40 de créations, au Centre Pompidou.
22 janvier 2002
Il se consacre désormais aux activités de la Fondation Pierre Bergé - Yves Saint-Laurent, qui a pour mission de sauvegardé 5 000 vêtements haute couture et 150 000 accessoires, croquis et objets divers.
Le 1er juin 2008, il meurt, suite à un cancer du cerveau, dans son appartement à Paris.
Ses obsèques sont célébrées à l'église Saint Roch, de nombreuses personnalités, politiques comme médiatiques sont présentes.
Ses cendres sont déposées, dans le jardin Marjorelle à Marrakech, que Pierre Bergé et lui-même avait acheté en en 1980.

Yves Saint-Laurent et Pierre Bergé
Prix et distinctions :
En 1966, Yves Saint-Laurent reçoit un oscar du magazine Harper's Bazaar.
En 1982, lors de la soirée célébrant les vingt ans de la maison de couture, il reçoit l'International Fashion Award du Conseil des créateurs de mode. En 199, il reçoit le prix Geoffrey Beene du même conseil.
Yves Saint Laurent a également été fait chevalier, puis commandeur, puis grand officier de la légion d'honneur, en 1985, 2001 et 2007.
En février 2009, Pierre Bergé organise une vente aux enchères pour vendre les 733 œuvres d'arts rassemblé par Yves Saint-Laurent et lui-même.
En 1983, le Metropolitan Museum of Art de New York organise une exposition rétrospective sur Yves Saint-Laurent, la première consacrée à un couturier vivant. S'en suit des expostions à Pékin en 1985, Paris en 1986, Saint-Petersbourg et Sydney en 1987.

Robe hommage à Mondrian
Inspirations :
Une des plus grandes sources d’inspirations d'Yves Saint-Laurent est le jardin de Marjorelle, à Marrakech, un jardin botanique créé par le peintre français Jacques Marjorelle, qu'il achète en 1980 avec Pierre Bergé, et ouvre au grand public. Il y va tous les 1er décembre et 1er juin pour dessiner sa collection Haute Couture pendant 15 jours. Saint-Laurent dit que cette ville lui a apporté la couleur.
Mais le Maroc n'est pas le seul pays qui l'est inspiré, le Japon, l'Inde, la Russie, la Chine ou encore l'Espagne ont inspiré ses collections.
Le couturier créé de nombreuses collections "hommages" inspirées de la littérature (Proust, Cocteau, Apollinaire,...) ou encore de la peinture (Mondrian, Picasso, Van Gogh, le Pop Art,...).
Il s'inspire de la rue, et de détails de la vie de tous les jours.
Smoking de 1966

Le style YSL :
Collection automne-hiver 1966 : le smoking apparaît dans la garde-robe féminine d'Yves Saint-Laurent, et sera désormais présent dans toutes ses futures collections que ce soit sous forme de pantalons, ou de jupe,... Toujours noir, ce vêtement d'homme représente l'émancipation féminine.
Des années qui suivent, le couturier continue de défrayer la chronique : en 1967, il créé des robes africaines constituées de perles et de rafia, puis en 1968, met des sahariennes dans sa collection.
Il créé des costumes de théâtre, ballet et cinéma.
C'est l'un des premiers créateurs à faire défiler des mannequins noirs.
Son idéal esthétique de la silhouette féminine est de longues jambes et peu de poitrine.
Yves saint-Laurent met à la portée des femmes, des vêtements fonctionnels jusque là seulement portés par les hommes. Ainsi, il créé des trenchs et des duffle-coats, des cabans et des marinières, des smoking et des tailleurs pantalon.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire